Paroisse Saint-Paul et Sainte-Croix

Quartiers de Celleneuve et la Paillade

Diocèse de Montpellier

Accueil > Vie de notre paroisse > L’édito de mai 2019

L’édito de mai 2019

29 avril 2019, par Jean-Louis Cathala Version imprimable de cet article Version imprimable

Célibat ?

Aimer une épouse ou un époux et transmettre la vie, c’est la « voie normale » et même la voie royale. En contrepoint, la petite voie du célibat accepté à cause du Royaume des cieux semble bien difficile à comprendre. Selon la foi de l’Église, Dieu nous a aimés jusqu’au bout avec un cœur humain ; et cet amour a vaincu la mort. La résurrection du Messie et l’attente de son retour donnent une lumière nouvelle à ce que beaucoup peuvent entrevoir : si Dieu existe, il est l’Infini qui seul peut en définitive répondre à notre désir infini d’aimer et d’être aimé. A l’aune de cet horizon, le célibat de quelques-uns est un signe pour tous, non une vertu ou un mérite personnel. Il ne saurait être déshumanisant : Qui veut faire l’ange fait la bête ! Quand il n’est pas source d’humilité, mais vient au contraire conforter dans un orgueil élitiste des personnalités complexes, le célibat peut, hélas, contribuer à engendrer des abus. Au fond, il n’est pas du côté de la maîtrise, mais de la bienheureuse fragilité qui ouvre à la tendresse pour les pauvres ; pour celle ou celui qui croit en la résurrection, l’expérience du manque et de la finitude est bien réelle, mais elle n’est pas une voie sans issue. Le célibat n’est pas une question de performance ou de perfection, mais une affaire de passion pour le Christ, le grand amour offert à la vie de toute chair.

Jean-Louis Cathala

-->