Paroisse Saint-Paul et Sainte-Croix

Quartiers de Celleneuve et la Paillade

Diocèse de Montpellier

Accueil > Prier et Textes à méditer > Homélies du Père Cathala > Tombeau ouvert (Jn 20, 1-9) Veillée pascale 2019

Tombeau ouvert (Jn 20, 1-9) Veillée pascale 2019

21 avril 2019, par Jean-Louis Cathala Version imprimable de cet article Version imprimable

Parole du Prophète Isaïe : « Vous tous qui avez soif, venez » ! (chapitre 55) En ce premier Jour de la semaine, tout au bout de la nuit, Marie de Magdala vient au tombeau. Sans doute a-t-elle encore soif  ? Comme la samaritaine, elle a goûté l’eau vive d’une amitié respectueuse, sans possession ni jugement ( Jean, chapitre 4, verset 10). Mais pour son Rabbouni, les choses ont mal tourné. Alors elle vient pleurer comme une madeleine ; affronter le vide, l’absence. L’affaire est classée, comme un tiroir que l’on referme. Circule, Marie, il n’y a rien à voir ! Rentre pleurnicher chez toi, il n’y a rien à croire ! Pourtant, « elle aperçoit la pierre enlevée du tombeau » (chapitre 20, verset 1). Alors, elle court éperdument vers les disciples : « On a enlevé le Seigneur ! » (verset 2) Elle ne croit pas si bien dire, la Marie ; il a bien été enlevé, mais c’est pour la vie éternelle !

Pierre et l’ « autre disciple » se mettent, eux aussi, à courir. Il viennent au tombeau. Ont-ils soif ? Ce tombeau me fait penser à la « Tente du rendez-vous » de l’Exode  : un lieu en marge du camp des Enfants d’Israël. Au désert de la soif, le peuple s’en approchait, mais l’entrée en était réservée à Moïse, Aaron et ses fils. Dans l’Évangile, Jésus est crucifié en marge de la ville. L’ autre disciple laisse pénétrer Pierre le premier dans le tombeau (verset 6). Il n’y entrera lui-même que plus tard, « à son tour » (verset 8). Ceci nous renvoie au respect qui entourait la Tente. On y trouvait l’Arche d’alliance et les tables de la Loi, et lorsque Moïse y pénétrait, la colonne de nuée descendait et YHVH conversait avec lui « face à face » ( Exode, chap. 33,v. 11).

Au petit matin de l’Évangile, pas de parole gravée sur la pierre, mais une pierre ouverte ; un tombeau neuf : l’alliance se renouvelle dans une tente vide. L’autre disciple voit et croit là où, justement, il n’y a rien à voir (v. 8). Notre texte n’est pas un récit d’apparition ; il ne croit pas parce qu’il voit, il voit parce qu’il croit ! Un jour, Jésus s’était écrié : « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et il boira, celui qui croit en moi » (Jean 7). La Tente du rendez-vous préfigurait le Temple, d’où sortiraient des fleuves d’eau vive (Ezéchiel 37 ; Apocalypse 22). Le Temple préfigurait le côté ouvert du Crucifié et le tombeau ouvert du Ressuscité, d’où jaillirait l’eau de la vie éternelle (Jean 19).

Chers amis ! Le Christ est vivant ! Croyez en lui « d’après l’Écriture » ! Laissez vous immerger dans la confiance, avec un regard qui espère sans connaître encore le face à face. Demandons la foi en la vie plus forte que la mort pour Thaïs-Celia, Jessy-Esther, Swann, Kate, Lesly-Uriel, pour leurs familles et pour nous tous. Et mettons cette foi au service de tous les tombeaux ouverts ; là où nous entrevoyons les fissures et la soif d’un peu plus de lumière, de solidarité, d’amitié. Alors, comme jadis en ce petit matin pas très sûr, mais qui est l’aube de la Création nouvelle, la joie de la Résurrection nous sera donnée.

-->